Foire aux questions

 

 

 

 

 

 

Que valent les isolants minces utilisés en complément d'isolation ?

Les résultats obtenus sur le présent site montrent, à partir des équivalences trouvées en conditions "normales" d'habitation, que :

 

- si l'on ajoute un isolant mince de 2 cm d'épaisseur à une isolation classique de 20 cm de laine de verre ('par exemple) l'isolant résultant est sensiblement équivalent à 22 cm de laine de verre

 

- dans une autre configuration, si l'on place un isolant mince réflecteur de 2 cm d'épaisseur entre deux lames d'air ayant chacune 3 cm d'épaisseur, on obtient au total une isolation utilisant 8 cm d'épaisseur. Cet ensemble est sensiblement équivalent à 8 cm de laine de verre (ou autre isolant classique équivalent) à condition que les lames d'air de cette réalisation soient d'épaisseur relativement constante et surtout qu'elles soient sans fuite (conditions très difficiles à réaliser). Compte tenu du coût des matériaux, de la pose, et des difficultés techniques, il reste à chacun de juger de l'intérêt d'utiliser une telle configuration.

 

Noter que ces résultats vont tout à fait dans le même sens que ceux des organismes officiels ( cliquer ici ).

 

Citation de Yoghourt posté  le 14/12/2006, 17h27 dans un forum   

"Je ne doute pas que les IMR sont un bon moyen de pourrir une charpente. Encore mieux qu'un voile bitumeux en guise de pare-pluie..

...Vos charpentiers-couvreurs ne vous proposent que IMR et poly-truc? Soit. Faites-leur faire uniquement charpente et couverture, et fournissez-leur une doc sur le sarking, l'air de rien.
Un plaquiste n'aura aucun souci pour vous faire l'isolation sous rampants avec de la laine de verre ou de roche. Ca au moins ca isole..."

 

 

 

 

 

 

Pourquoi ne faut t'il pas ajouter un isolant classique sous un isolant mince ?

Les isolants classiques doivent être posés avec un pare-vapeur placé du côté interne à la maison pour empêcher la vapeur d'eau contenue dans l'air de pénétrer dans l'isolant.

Si ce pare-vapeur était placé côté externe à la maison, il constituerait en hiver une paroi froide sur laquelle viendraient se condenser les vapeurs d'eau issues de la maison après avoir traversé l'isolant (tel que laine de verre, de roche, de chanvre...). L'isolant ainsi humidifié perd ses qualités d'isolant. L'humidité peut alors conduire à des dégradations importantes de la charpente à proximité de l'isolant.

Si un film est placé au dessus de l'isolant (pour couper les courants d'air secs ou chargés de pluie en cas de grand vent), il doit être "plus" perméable à la vapeur d'eau que le pare-vapeur placé en dessous.

 

Les isolants minces sont en général étanches à la vapeur d'eau. Si c'est le cas, il ne faut pas qu'ils soient présents au dessus d'un isolant classiques sinon ils constitueraient un pare-vapeur du mauvais côté de l'isolant.

 

Si vous avez posé un isolant mince étanche à la vapeur et que vous ne souhaitez pas (ou ne pouvez pas) l'enlever, il est important de le lacérer (ou de le perforer en de nombreux points) avant de placer un isolant classique dessous avec son propre pare-vapeur.

 

Enfin si vous voulez voir confirmer ce point lisez le rapport du GS20 (CSTB) dont la référence se trouve  ici...

 

 

 

 

 

 

Pourquoi certains sont satisfaits des isolants minces ?

Commençons par quelques citations sur un forum , interventions qui laissent à réfléchir :

 

Message de ©Pol_111, posté le Jeudi 30 Novembre 2006 à 14:25

"...c'est normal que tout le monde soit satisfait de son isolation
si on met un toit sur la maison on a plus chaud que sans toit, si en plus on a mis une sous-toiture c'est encore mieux, maintenant si on met n'importe quoi comme isolant ça isole encore mieux et c'est super, mais la question qui se pose c'est quel est le gain entre un isolant mince et un isolant classique..."

 

Message de ©Vince44, posté le Jeudi 30 Novembre 2006 à 17:42

"....mes beaux-parents ont une maison isolée par le vide (pas isolé, 0cm de laine, simple vitrage, volets alu mal ajustés...) et elle est aussi confortable que la notre (RT2000) été comme hiver.
Peut-on en déduire que 0cm d'isolant mince est équivalent à 20cm de laine de verre? Non! l'inertie est bonne (mur pierre et agglos épais + cloison briques), et la chaudière fonctionne bien, c'est aussi simple que ça...
ça me fait marrer ces histoires d'utilisateurs satisfaits...."

 

Message de Tournesol, posté le Jeudi 30 Novembre 2006 à 11:49   (parlant de l'équivalence avec un isolant mince)

"...Est-ce que ça viendrait à l'idée de quelqu'un de mettre 3,5 cm de laine de verre ? "

 

1) Si l'on ne met AUCUN isolant, le rayonnement émis par les tuiles chaudes en été est très important comme cela a été calculé dans le présent site. Dès que l'on met quelques centimètres d'isolant classique ou d'isolant mince (voire même un simple film réfléchissant), la composante de rayonnement est pratiquement annulée et il n'y plus à prendre en compte que les composante de conduction et convection.

De ce fait le moindre isolant de quelques centimètres d'épaisseur, quel qu'il soit, annule le rayonnement et donc la sensation de rayonnement.

 

Donc si l'on ne met qu'un isolant mince certains peuvent être satisfaits du fait de la suppression de sensation de radiations chaudes.

En fait, ils auraient la même impression s'ils avaient mis en place un isolant classique de même épaisseur.

 

Il peut y avoir aussi des facteurs psychologiques liés à l'achat de produits ayant su faire "rêver"....

 

Quant à la consommation d'énergie en hiver (ou en été si l'on utilise une climatisation), ce n'est plus sur les impressions qu'il faut se baser mais sur des mesures de consommation réalisées avant et après isolation (ce qui n'est pas toujours facile si l'on tient compte du reste de la maison et des variations annuelles de températures). L'expérience décrite sur ce site, réalisable par chacun à peu de frais, permet par des mesures simples, de comparer les performances thermiques des isolants minces réfléchissants et celles des isolants classiques, en conditions proches de celles rencontrées en sous toiture.

 

2) Si en période de canicule, on compare deux chambres dans des combles l'une avec isolant mince, l'autre avec isolant épais, la première prendra plus rapidement la fraîcheur de la nuit que la seconde dont l'isolant efficace retarde l'entrée de la fraîcheur à moins de disposer de larges fenêtres permettant d'assurer le rafraîchissement (une ventilation mécanique ne suffit pas).

Dans la journée, la première pièce sera très vite invivable du fait de la chaleur, alors que la seconde pièce montera beaucoup plus lentement en température.

Si la première pièce avait été isolée avec quelques centimètres d'isolant classique, le même résultat aurait été obtenu qu'en y plaçant un isolant mince (pour un prix certainement beaucoup plus modique).

 

 

 

 

 

 

Pourquoi les isolants minces réfléchissants sont utilisés dans les satellites ?

Les techniques spatiales utilisent depuis longtemps les isolants minces multicouches réfléchissants pour protéger le matériel de l'atteinte des rayons solaires.

Dans le vide où se trouvent les satellites, la chaleur n'est transmise ni par conduction  (dans l'air), ni par convexion. Elle est transmise uniquement par rayonnement. De ce fait, par leur pouvoir réflecteur, les isolants multicouches réfléchissants prennent tout leur intérêt dans le vide. Mais quand ces techniques redescendent sur terre, attention aux déconvenues...     

 

Citations de Targol posté  le 05/02/2007 dans un forum  :

"...En fait, le SEUL intérêt de ce type d'isolant, c'est de les utiliser pour ce pourquoi ils ont été initialement prévus (aéro spatiale).
Si vous n'avez pas de fusée ou de station spatiale, vous pouvez les utiliser pour isoler une camionnette ou une porte de garage (en gros, isolation de tout matériaux ETANCHE comme la tôle ou du plastique), mais pour le toit ou les murs d'une maison, c'est à proscrire.

..."équivalent à 20cm d'isolant standard" ahhh ouais, j'y suis, c'est pas au niveau thermique, c'est au niveau de la protection contre les ondes µ que nous envoient les xymox à travers l'espace..."

 

 

 

 

Pourquoi ne pas réaliser une successions de lames d'air, sans aucun isolant ?

Certains fabricants d'isolants conseillent d'ajouter à leurs matériaux des lames d'air. En poussant le raisonnement à l'extrême, pourquoi ne pas supprimer carrément le matériaux et ne réaliser qu'une succession de lames d'air séparées par des matériaux peu épais (simples films minces réfléchissants). Cette solution "extrême" (sans isolant) est sensiblement équivalente à une épaisseur identique d'isolant classique en terme de résistance thermique.

 

Cette solution n'est pas facile à mettre en oeuvre car elle demande une grosse infrastructure pour assurer le maintien de l'épaisseur des lames d'air (infrastructure qui peut créer des ponts thermiques), l'air ne doit pas circuler au sein des lames d'air, les lames d'air doivent être suffisamment minces pour limiter les problèmes de convexion, l'humidité peut poser des problèmes de transfert de chaleur et de condensation qui peuvent faire pourrir la charpente.... Cette solution apparaît sensiblement équivalente à celle consistant à utiliser un isolant mince entre deux lames d'air.

 

 

 

 

 

 

Pourquoi les couvertures de survie sont elles efficaces ?

De la même manière qu'un simple film mince réfléchissant dans les combles bloque la composante de transmission de la chaleur par rayonnement (voir ci-dessus), la couverture de survie (constituée par un tel film) bloque la perte de chaleur par rayonnement d'un blessé. De plus, elle évite également l'atteinte des courants d'air sur le corps du blessé, diminuant ainsi les pertes par convexion. La conduction à travers ce film reste toutefois la part principale des pertes calorifiques

 

Une telle couverture constitue une solution d'urgence légère et de faible volume, qui protège efficacement les blessures (sans apport de fibres), et qui limite les échanges de chaleur. Elles ne saurait toutefois pas remplacer une couverture, en terme de transfert thermique (sinon, les alpinistes remplaceraient leurs duvets volumineux par ce matériel et certains l'utiliseraient sur leurs propres lits !).

 

 

 

 

 

 

Pourquoi les congélateurs sont isolés avec des isolants classiques ?

Les fabricants de congélateurs utilisent depuis toujours des isolants classiques pour en assurer l'isolation thermique.

Si les isolants mince étaient réellement équivalents à 20 cm d'isolant classique en conditions "normales" d'utilisation (voir le présent site), ils seraient depuis longtemps utilisés dans cette application où la faible épaisseur et la légèreté sont des atouts.

 

Citation de Quisit posté  le 05/01/2006, 17h34 dans un forum  :

"...si un isolant mince réfléchissant de 2cm valait 20cm de laine de verre, ça ferait des plombes que nos frigos seraient isolés avec !..."

 

 

 

 

 

 

Pourquoi les voitures ne sont pas isolées avec des isolants minces réfléchissants ?

Citation de chriis45  Posté le: Jeu Sep 21, 2006 7:19 pm dans un forum : 

"...pour les isolants minces, test... avec les voitures tu le mets sous la vitre c'est super.... tu le mets sur le toit de la voiture, effet garanti..... mais si tu le mets sous le toit de la voiture (à l'intérieur de la voiture donc...) ton isolant n'aura aucun effet..... sinon je pense qu'il y a longtemps qu'on en aurait dans les voitures..."

 

 

 

 

 

Accueil              Résumé          Schéma de l'expérience à faire soi même           Autres avis, autres pays